Fumay, bourg ardoisier

On lit couramment dans les brochures généralistes ou touristiques, "Fumay, la ville au 300 trous". Fumay a  en effet compté de nombreuses ardoisières en son sein ou bien encore dans la forêt communale. De nombreux auteurs se sont penchés sur l'histoire du bassin et le propos de cette section est de vous apporter des éléments de repères sur ce bassin, au niveau de sa géographie et de son histoire.

La dernière ardoisière du bassin de Fumay a fermé en 1971, mettant un terme à une activité, et nombre d'histoires d'hommes, de plusieurs siècles. Vint ensuite le travail de mémoire, sous forme d'un musée associatif, aujourd'hui fermé, des collectes ethnographiques. Les traces de cette histoire disparaissent petit-à-petit des mémoires et, plus lentement mais de manière inexorable, du paysage. De cette histoire, on en conserve l'imagerie d'Epinal, du 'scailleteux', c'est ainsi qu'on appelle les ardoisiers dans le patois local, qui devait sortir les blocs d'ardoise de la chambre d'exploitation, sinon jusqu'à l'air libre, en les portant sur son dos.

Cette partie de 'pause patrimoine' réunit les informations recueillies depuis quelques années. On conseillera également la consultation du reportage de Tchorski, réalisé en collaboration entre 2006 et 2008, documentation visuelle contemporaine sur l'évolution des anciens sites ardoisiers.


Je possède également un important fonds documentaire composé de ressources bibliographiques, d'archives (copies et originaux), de cartes postales anciennes, numérisées ou originales. Sans compter les prises de vues. Ceci peut me permettre de répondre à vos questions sur le sujet. Je remercie ici toutes les personnes ressources qui m'auront permis de réunir ces informations. 

Cette partie du site est close. Son contenu est en partie déménagé sur Avvincentphotos

 

home